« Le Serpent »

 
 "Le Serpent"  d’Eric Barbier
 
( On peut  s’abstenir ! )
 
L’histoire n’est pas inintéressante,  mais le film, trop long, est  plombé par un jeu d’acteurs à mes yeux discutable, avec un Attal constamment hébété et  un Cornillac en grand méchant loup  qui frôle parfois le ridicule.
 
Et puis, j’ai trouvé la  bande son insupportable parce qu’ omniprésente et sottement illustrative. Défaut répandu dans un certain cinéma français qui joue l’esbrouffe sonore en croyant  s’inspirer de thrillers états-uniens (c.f. la tonitruante bande-son   mixée  par un tâcheron dans  36 Quai des Orfèvres)
 
 La fin est  ultra-conventionnelle avec  bagarre entre le bon et le méchant filmée dans une friche  industrielle.  Stéréotype  exaspérant vu des centaines (milliers ?)  de fois.
 
Dans cette séquence, un gag involontaire :  deux personnages sont allongés dans la boue, l’un mort, l’autre sérieusement amoché après une  violente bagarre  . Les scénaristes ménagent 15 secondes avant que les policiers n’arrivent enfin  "tagada tagada tsoin tsoin"  , et l’un  des flics crie : "Les mains en l’air".  Du pur Kad et Olivier ! …
 
A cause de ces défauts pour moi rédhibitoires,  je ne suis jamais "entré" dans le film, situation fort regrettable pour un film d’action. Et les personnages sont si  "minces" qu’on a bien du mal à s’émouvoir au spectacle  de leurs  malheurs plus ou moins vraisemblables.
 
Dans une récente interview chez Taddeï, Yvan Attal a parlé,  à propos des thrillers, de "manipulation du spectateur pour provoquer des sensations". Dans ce film, les sensations ne manquent pas mais la manipulation est tellement grossière qu’on en sort fatalement déçu.
 
Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « Le Serpent »

  1. Sylvie dit :

    cette semaine au Savoy : pars vite et reviens tard, le serpent (tant pis pour les critiques) et le héros de la famille.
    J\’ai une petite dent envers les critiques ces derniers temps depuis qu\’ils ont descendu apocalypto et encensé Borat.
    j\’espère que votre critique n\’est pas trop lue dans mon patelin, j\’ai besoin de clients, vous croyez que c\’est facile de tenir un cinoche non associatif dans une ville d\’à peine 20 000 âmes ?
    je rigole, dites ce que vous voulez, je serai peut être même de votre avis quand j\’aurai vu le serpent, de toute façon, vous ne me ferez jamais autant de mal que les critiques de télérama.

  2. Charlie dit :

    @ cestoumoiça
    Le Serpent  attire pas mal de public, vous n\’avez rien à craindre. Et puis,  j\’ai  quand même vu bien pire dans le
    genre dans la production française.
    Le héros de la famille m\’a bien plu, même si l\’histoire   manque de consistance ; ça part dans tous les sens sans
    qu\’aucune voie  ne soit à mes yeux vraiment explorée. C\’est plutôt un enchaînement de belles rencontres de
    personnages  remarquablement interprétés.
    Parmi les films vus récemment, mon préféré est Hollywoodland, qu\’une partie de la critique a bien entendu
    massacré.
     
    Quant à Télérama !
     
    J\’y ai moi-même été abonné pendant deux décennies, mais le masochisme a  fini par trouver ses limites. J\’ai
    été, année après année, de plus en plus irrité par le militantisme (donc "limitantisme") de nombre d\’articles 
    culturels ou extra-culturels, et particulièrement par la propension de ce magazine à promouvoir des artistes
    en fonction de leurs   orientations politiques… ou autres, voire  leur  origine ethnique…   C\’est tout
    particulièrement sensible dans la partie consacrée aux programmes télé où il suffit que le scénario, les
    reportages  ou les intervenants surfent sur la vague du politiquement correct pour trouver grâce aux yeux des
    chroniqueurs. La version web du journal ne peut que me conforter dans ce jugement. Mais aussi  le courrier
    des lecteurs, qui ressemble  étrangement aux propos de Bouvard et Pécuchet  de salles des profs ((Petite
    précision : je  connais bien le milieu  puisque, comme vous le savez, je suis désormais "vacancier permanent"
    de l\’Education nationale … et fort heureux ainsi) Cela dit,  je le reconnais, il y a aussi,  parfois,  des articles fort intéressants et plus nuancés dans Télérama. Et
    je tiens, par exemple,  Pierre Murat pour un critique subtil et digne d\’intérêt , même si je ne suis pas
    forcément  de son avis.
     
    Allez, bonnes projos ! Vous m\’envoyez un esquimau par courriel ?
     
    Charlie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s