Molière / Vie des Autres / Pars vite et reviens tard…

 
 Molière
 
Pas mal, bien qu’il y ait à redire sur la fausse bonne idée, ou du moins l’idée mal exploitée, qui structure une grande partie  film.

Le procédé qui consiste à vouloir trouver dans la vie (supposée) de Molière les situations et même les dialogues précis  de ses futures pièces finit par être lourdingue à force de systématisme . Et absurde parfois, lorsque les futures répliques célèbres ont été prononcées en  l’absence de l’auteur.
 Et c’est  quand même faire injure au génie de Molière que de faire croire au "grand public" qu’il s’est contenté de copier bêtement, dans la vie réelle, ses plus belles répliques. C’est vraiment faire fi des fondements mêmes de la création artistique.
 
 Mais voilà qui plaira à ceux qui, dans les concerts, applaudissent d’emblée  les morceaux qu’ils reconnaissent.  Et qui séduira certains  adultes, avec  une bouffée de nostalgie approximative pour leurs lointaines   études littéraires…
 
Cela dit, j’ai bien  aimé le dernier tiers du film, qui fait regretter que le reste ne soit pas, à mes yeux,  aussi inspiré. A part cela,  agréable à voir, plutôt bien interprété  par la plupart des comédiens.  Avec  quand même une  réserve concernant le casting :  en effet, je n’ai pas trouvé Duris toujours convaincant, malgré la moustache (!),  et c’est regrettable s’agissant du  rôle titre … 

 
 Ce texte  a été séléctionné par L’internaute  dans la catégorie "Meilleures critiques  cinéma du mois"

 


 
 

 
La vie des autres
 
Film remarquable, à plus d’un titre ***
 
 Tout est admirable et parfaitement maîtrisé.
Le suspense hitchcockien et les rebondissements d’une efficacité sans faute font qu’on ne s’ennuie pas une seconde, malgré la durée du film . Les situations et les personnages sont traités sans manichéisme. Tous les acteurs sont excellents, d’une présence et d’une justesse impressionnantes. La photo, superbe, en clair-obscur, restitue l’ambiance poisseuse et menaçante d’un monstrueux et implacable système totalitaire qui sévissait naguère en Europe, (et qui sévit encore ailleurs).
 
Une seule réserve concernerait la prise de conscience un peu rapide du personnage de Wiesler, laquelle serait plus vraisemblable sur une plus longue période de "maturation", mais les contraintes de la narration choisie par le metteur en scène, la fragilité du personnage et surtout les qualités du film font qu’on peut à mon sens négliger cette critique.
 
 A voir absolument !
 
—–
 
*** sauf le titre, justement,  dont la platitude ne reflète nullement l’originalité ni les qualités du film
 
 Petit jeu  en passant : il y a un  discret faux-raccord au cours d’ une scène entre Wiesler et le ministre. Qui le verra ?
 
 Et qu’est-ce qu’on gagne ?
   –Strictement rien, Casse-Blogue. Qu’est-ce que tu crois !  ça se passe en RDA, non ? 
 —————-
 
Je complète ma critique par cet avis  -que j’approuve totalement-   lu sur le site de MCinéma :
 
" Nos chers gauchistes, nos ex-marxistes, devraient mesurer la chance qu’ils ont eue, eux, de vivre dans un pays libre. Ce film devrait aussi être montré aux jeunes générations pour lesquelles la chute du Mur de Berlin ne signifie pas grand’chose. Et pourtant, ces régimes étaient hier encore autour de notre Europe. Cela fait froid dans le dos rien que d’y penser ! …Un très, très grand film ! "(Jacques Bernard)

 

 
 
Pars vite et reviens tard
 
C’est vraiment n’importe quoi !
 
 Un récit de vengeance qui ressemble d’ailleurs à l’excellent "Sans mobile apparent" de Philippe Labro. Du déjà vu, donc, sur lequel on a greffé (via Fred Vargas) une délirante histoire de pseudo-peste pour flirter avec un fantastique de pacotille
On n’y croit pas une seconde, malgré la qualité esthétique de certaines séquences. Je suis resté constamment critique et extérieur à ce récit "abracadabrantesque". Depuis "les Rivières Pourpres", je n’avais jamais rien vu d’aussi constamment invraisemblable (pour rester poli) !
Certes, José Garcia et Michel Serrault sont plutôt bons , et ils ont du mérite dans ces rôles improbables.
 Mais la délicieuse Marie Gillain aurait mieux fait d’aller voir ailleurs, tant elle semble peu convaincue par le rôle plombé qu’on lui assigne.
Seul le personnage du crieur public-acteur m’a semblé vraiment crédible et digne d’intérêt.
Je n’ai pas encore lu le roman de Fred Vargas, mais je pense que l’auteure (eh oui, comme George Sand) a raconté son histoire de manière plus convaincante.
 


 
  Et , s’il est encore temps,  sur vos écrans :
 
Hollywoodland  excellent !
 
Bobby  à la rigueur…
 
Le Héros de la famille, pour les acteurs, surtout. 


 


Rappel : sauf indication contraire, les textes et photos de cet Espace sont des documents "persos" protégés par contrat Creative Commons.

 


Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Molière / Vie des Autres / Pars vite et reviens tard…

  1. chananna dit :

    Et Cashback, tu l\’as vu ? Moi j\’ai bien aimé.

  2. jeanne dit :

    Tu me donnes des envies de Paris ou de grandes villes… je n\’ai plus beaucoup l\’occasion d\’aller voir les films qui sortent, je suis à la campagne, et en Corse…Mais je vais tout de même quelques fois au théatre ou à des concerts et même à certains festivals, Je dois juste faire de la route et putôt plus d\’une heure, donc la motivation prime. J\’irai voir le premier de ta selection de  films.
    Pour ce qui est de ton montage, tu me vois ravie que tu es pris le tempsde t\’y mettre… Tu as raison ,si les lettres étaient à l\’envers ce serait plus juste, ceci dit cette image est très parlante et évoque beaucoup. J\’ai même pensé un quart de seconde à de la magie ou du spiritualisme. Bravo, et continue de nous régaler avec humour.
    Je mettrais à jour cet album régulièrement, tu peux donc envoyer les prochaines s\’il y en a.
    Le montage de grand-mère est terrible de vérité…

  3. Odile dit :

    On attend longtemps les films français dans notre coin de bas Saint Laurent donc la critique texticulaire évitera de dépenser à mauvais escient les 8$ can. du cinéma LIDO… (une enseigne qui fait trés cinéma de quartier, à la Mocky ou presque) 
    ici il y a de quoi faire avec neige et glace pour encore "une bonnne couple" de mois. Ca fait envie non? dernier film vu en salle de cinéma de "répertoire" Sa magesté la reine  et le prochain que j,attends avec gourmandise la tourneuse de pages.. j,espère que je ne serai pas déçue.

  4. jeanne dit :

    Dans un com de mon blog il y a une explication d\’un photomonteur, qui peut t\’interesser , en rapport avec les lettres à l\’envers en miroir de " bar de la marine".

  5. janlo dit :

    Un jour, j\’irais au ciné !
    Quand je serais grand ….. 😉
     
    Pis tu vois, même en passant à l\’orange, j\’ai tous mes points.
    à bientôt

  6. jeanne dit :

    Tu as donc vu cette affiche qui voulait  rester dans le noir… lorsque Dumont s\’est presenté, l\’homme en rouge, vers la fin des années 70, je n\’avais pas encore l\’âge de voter, mais c\’est avec ce personnage que j\’ai commené à m\’interesser à la politique. Depuis j\’ai grandi…

  7. Zyzanie dit :

    Un peu d\’ouverture que diable ! (rires) "Molière" n\’a pas été réalisé dans le but de dévaloriser tout le travail mais surtout le talent en matière d\’écriture de Molière. Au contraire, moi à travers ce film je perçois nettement le génie de cet auteur. Ses talents d\’écrivain ne sont pas innés et tout comme chaque écrivain, il observe avant tout le monde qui l\’entoure et là où Molière est un génie c\’est dans la retranscription sur papier de ce qu\’il voit. Ce film le montre bien (écrire n\’est pas une chose aisée, cf Monsieur Jourdain)… Enfin bref… Un superbe film que je recommande absolument !

  8. Charlie dit :

    @ Vanessa Lazyzanie
     
    Merci pour votre com à propos de Molière.
    L\’intérêt de ces "Espaces", c\’est aussi la confrontation des points de vue.  Et le vôtre est respectable puisque
    c\’est ainsi que vous et de nombreux spectateurs avez  perçu le film.
    Je persiste  néanmoins à penser, au risque de me répéter,   que l\’exploitation systématique  et répétitive du
    procédé  qui consiste à vouloir trouver dans la vie réelle  de Molière les répliques mot pour mot de ses pièces 
    constitue un   gros défaut de ce  film et ne rend pas compte de la créativité littéraire. 
     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s