Tics… et toc !

Tics…et toc !

      Nous subissons depuis des années l’ insupportable « en fait » qui introduit  bon nombre de phrases énoncées par nos contemporains.

    La contagion a même gagné d’excellents journalistes de radio et de télé.  En fait (!) , ces « en fait » qu’on devrait réserver aux phrases restrictives ne signifient généralement rien puisqu’ils ne s’accompagnent d’aucune idée d’opposition.
Avez-vous remarqué que, depuis quelque temps, un nouveau tic faisait des ravages ? On entend couramment des « Je suis un peu effaré par ce que tu me dis », « Elle était un peu épuisée par son boulot » ou « Je suis un peu consterné par cette nouvelle », ce qui constitue autant d’aberrations…

Bientôt, on pourra entendre   : « Dis-moi, tu ne serais pas un peu enceinte ? » Et,  au cours d’un enterrement : « Repose en paix, toi qui es un peu mort »

Une chose est sûre :
ce siècle sans éthique
ne manquera pas de tics…

C’est un peu désespérant, non ?

Publicités
Cet article a été publié dans Billet d'humeur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Tics… et toc !

  1. Dominique dit :

    Je croyais t’avoir mis un comm ici. J’avais vu. Repasserai le mettre.

  2. Anne Marie dit :

    Charlie, tu as raison bien sûr ; on a dû déjà subir « quelque part » (le coucher du soleil c’est émouvant quelque part), « au niveau de » (ça me fait mal au niveau du ressenti) ; alors « un peu » et même beaucoup passera comme le reste. Trahir la syntaxe, la forme même de la phrase ou encore la construction temporelle me semble plus lourd de conséquences.

    • Charlie B dit :

      C’est vrai, Anne-Marie. Il y a des dérives plus graves. Et l’emploi du verbe aller comme auxiliaire ( que tu analyses ailleurs) pervertit la communication de manière plus dommageable. Mais là, avec « un peu », il s’agit d’absurdité et pas seulement de tic propagé par la mode ou le snobisme. Autre cas, l’exaspérant « trop » au lieu de « très »-que nous nous efforcions de corriger chez nos étudiants tunisiens- est désormais banalisé en France. Et c’est ainsi que la pub et les cours de récré profèrent des « trop bon », aussi absurdes qu' »un peu scandalisé « .
      « Trop mortel » non ?

  3. Charlie B dit :

    On pourrait citer aussi « Voilà » qui pollue désormais bon nombre d’interventions orales . Et pas seulement entre deux phrases, ce qui serait pénible mais, de plus en plus souvent au milieu de la phrase, ce qui est carrément horripilant.

  4. Dominique dit :

    Je ne sais plus ce que je pensais avoir mis, mais en effet ces « trop » pour « très » m’arrachent les oreilles (carrément : crac !), mais le « quelque part » pour ne pas situer précisément me dérange nettement moins, je le trouve imagé dans la situation et timide. Mais je ne sais pas s’il est ici concerné ; je vois que Anne-Marie le cite. Je dois dire aussi que j’ai été un sacré cancre à l’école, je ne m’en vante pas ce n’est qu’une constatation.Difficile quand on est rêveuse et que l’on s’y ennuie de suivre longtemps des soliloques. Car à l’époque les profs n’étaient pas très proches des élèves.
    Bonne journée Charlie : tu vois le repassage c’est le samedi !!! 😆

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s